Accueil > le blog machin > Une famille formidable …

Une famille formidable …

dimanche 12 février 2006, par machin

Grande discussion familiale hier soir autour du respect de l’autre. Je la fais courte : en gros, les non-catholiques n’ont pas de système de valeur, ne savent pas ce qu’est le bien ni le mal, et leurs actions ne peuvent être dictées par des principes, puisqu’ils n’en ont pas.

La religion, puisqu’elle porte en elle même un système de valeur, vrai, seul et unique, les rend moralement supérieurs. Toute volonté, ou même incitation à essayer de comparer, de comprendre, des systèmes de pensées, ou moraux, ne serait que relativisme, et donc vouerait notre société à la plus grande anarchie.

Je passe, au demeurant, sur la profonde croyance exprimée par mon cher père, que le député Christian Vaneste, récemment condamné pour injures envers homosexuels, était dans son bon droit en déclarant que les homosexuels étaient moralement inférieurs aux hétérosexuels.

Et pourtant …

C’est une famille si banale que la mienne. Père cadre supérieur, mère au foyer, bons catholiques, profonds démocrates, naturellement de droite, prèts à aîder leur prochain, convaincu que le catholicisme est une religion d’amour (même si subsistent encore chez ma mère des relents de Dieu vengeur). Si banale, et si caractéristique des intolérances de notre société.

Je ne m’y trompe pas : ce genre de comportement, je le retrouve à gauche, chez des laïcs ou des musulmans. Cette intolérance, ce refus d’accepter l’autre, de le comprendre sans le juger, d’accepter qu’il puisse avoir un mode de fonctionnement différent de soi, mais pas pour autant moralement inférieur ou supérieur, ne dépend pas d’une couleur de peau, d’une religion ou d’une sexualité.

Tout était parti d’une petite histoire qui m’était arrivé le matin même … Hier matin, allant prendre de l’escence dans une station service parisienne, je vois un panneau Utilisateurs de deux-roues, veuillez enlever votre casque pour vous servir. Arrivé à la caisse, je m’étonne de cette affiche, et le gérant me répond qu’il est bien obligé, à cause de la minorité qui part sans payer.

Le gérant était rebeu. Et pourtant, il n’a pas compris quand je lui ai dit que ce genre de raisonnement était haïssable, puisque c’était le même qui visait à dire qu’à cause d’une minorité de casseur, les arabes étaient tous des racailles et des voyous.

Il n’a pas compris, au début. Puis il a un peu pâli, s’est tu. Et m’a débité un flot de parole pour essayer de me convaincre. De se convaincre ?

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0