Accueil > le blog machin > Supprimer la réglementation

Supprimer la réglementation

lundi 16 juin 2008, par machin

L’idée n’est pas neuve, elle était évoquée par le Monde déjà en mai 2007 :

"Faire plus de règlements n’est pas forcément la bonne solution, dit-elle. La responsabilisation des pilotes est un facteur primordial, de même que la prévention."

Il s’agissait d’un article au sujet des pilotes privés d’avions, mais l’argument, dans une période qui cherche plus à entasser les lois les unes sur les autres qu’à les améliorer, l’argument mérite d’être entendu, au delà de son champ d’origine.

Pour justifier l’emballement de la machine législative de ces dernières années, nos chers hommes politiques prennent plus que volontiers exemple sur les pays saxons, sous le prétexte de faire du bench-marking.

Pourtant, à regarder attentivement ce qui marche effectivement ailleurs, il aurait fallu noter, en novembre 2006, l’expérience plutôt originale de la ville hollandaise de Drachten.

Son originalité ? Supprimer toute réglementation urbaine, panneaux, feux de circulation, et même trottoirs.

Les psychologues ont depuis longtemps souligné les effets pervers d’une abondance de signalisation routière : environ 70% des panneaux de signalisation sont ignorés des conducteurs. De plus, la somme des interdictions infantilise l’usager et l’induit à fomenter une rébellion. Chaque feu de croisement lui susurre la promesse de pouvoir passer le carrefour à l’orange. L’usager, corseté de prescriptions, développe une vision en "tunnel" : il cherche constamment son propre avantage et jette ses bonnes manières aux orties. Et lorsque la situation est sous contrôle, il écrase le champignon.

Les tenants du nouveau mode de trafic croient que la seule façon de sortir de ce cercle vicieux et de donner aux usagers plus de liberté, et les encourager à prendre leurs responsabilités. Ils demandent des rues du Moyen-âge, où chevaux, charrettes, voitures à bras et piétons allaient leur chemin dans le chaos absolu. Quand la situation est complexe, les usagers sont obligés de faire plus attention et d’aller plus lentement.
(source : Spiegel)

A l’époque déjà, la FFMC en avait discuté avec ses interlocuteurs au gouvernement et à la sécurité routière. Les médias n’en avaient pas encore parlé en France, ils s’étaient donc contentés de lever les yeux au ciel, ces motards, quels utopistes.

Aujourd’hui, France2 diffusait ce reportage :

L’intérêt de ce genre de démarche, que n’ont pas encore compris les pouvoirs publics français, est que la route en général est un microcosme de l’ensemble de la société ; que la hargne, l’autisme, l’individualisme forcené montré par les automobilistes, motards, piétons sur la route n’est que le reflet de nos difficultés à vivre ensemble ; et qu’arriver à ré-apprendre ce “vivre ensemble” comme l’a réussi Drachten est un pas important vers une pacification globale de la société.

Ca surprend non ? Et vous, vous vous voyez dans ce genre de situation ?

EDIT 17/6/8 : voir également cette video d’un carrefour sans feux rouge à Hanoi. C’est un peu le bordel, mais ça fonctionne (et c’est joli à voir ;-) )
via geekzone via suchablog

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0