Accueil > le blog machin > Robin des bois

Robin des bois

mercredi 1er septembre 1999, par machin

On ne parle plus que de lui ces temps-ci. On l’encense, et la presse en fait ces choux gras. Nouveau Robin des Bois des temps modernes, on semble lui accorder le Bon Dieu sans confessions. Son exploit ? La destruction, le saccage plutôt, d’un restaurant dans la région de Millau, qui n’avait d’autre tort que d’être une franchise de la chaine Mc Donald.

En pleine crise agricole, et alors que les Etats Unis ont lancé il y a peu une opération de boycott sur certains produits Français (le fois gras, notamment), ils ont décrété la guerre à l’impérialisme américain au nom, on l’apprend aujourd"hui, du combat contre la "mal bouffe".

Ils ? Des agriculteurs, un petit groupe d’activistes, anciens des combats du plateau du Larzac (cf. Le Vrai Journal du dimanche 5/9/99) plus habitués aux opérations coup de poing qu’à la négociation, plus convaincu des bienfaits d’un bon saccage que de la remise en cause d’acquis et de méthodes de travail.

Ce sont ces gens là qu’on voudrait maintenant qu’on encense. Des gens qui provoquent des milliers de francs de dégâts, parce qu’ils n’ont pas su s’adapter, s’organiser et parce que nos pouvoirs publics les ont toujours couvé comme des poules.

Plutôt que de faire comme d’autres, tels les producteurs de la Mirabelle de Lorraine, qui se sont regroupés dans une centrale de vente, établissant un label de qualité, afin de pouvoir négocier en position de force avec les centrales d’achat de Promodès, Carrefour et autres Auchan, ils préfèrent tout casser.

Après quoi, tels Robin contre le Régent, ils manifestent leur colère parce que leurs saccages les ont mené en prison, parce qu’ils sont considérés comme dangereux. Ne respectant pas les lois, ils voudraient qu’on les laisse agir, ils n’admettent pas le principe de responsabilité. Et nos médias, toujours à l’affut d’un bon coup, d’encenser ces soi disant héros : "Quelle attitude merveilleuse, refuser d’être remis en liberté pour ne pas payer de caution" ; "Quel élan de solidarité que celui des producteurs de la région du Roquefort, qui ensemble, finissent par réunir le montant de la caution"

On fait l’apologie de petits casseurs, et on voudrait que l’ordre républicain soit respecté en Corse ? On nous présente comme des héros des petites frappes de 50 ans, et on voudrait que celles de 20 ans comprennent ce qui se passe ?

Confusion des genres, confusion des valeurs.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0