Accueil > le blog machin > Révocation, homophobie, mobilisation … suspension

Révocation, homophobie, mobilisation … suspension

samedi 4 février 2006, par machin

J’ai appris par les mots de XIII la dépêche AFP relatant la décision finale de Gilles de Robien, qui réduit la peine de radiation de Garfieldd à une suspension d’un an. Garfieldd a décidé, et c’est sage, de ne pas faire appel.

D’aucuns, comme Maître Eolas, considèrent qu’il ne faut pas en demander plus, admettant la possibilité de la faute dans les écrits de Garfieldd.

D’autres, comme Embruns, proposent à tous ceux qui trouvent la sanction encore disproportionnée de le faire savoir à Gilles de Robien.

Je ne connaissais pas Garfieldd, sauf pour l’avoir lu quelques fois. Ce n’est pas lui que j’ai souhaité défendre, mais plutôt une certaine idée de la tolérance, à l’heure même où certaines caricatures font couler beaucoup d’encre, parfois sans réflexion. Je défends l’idée qu’il est légitime d’attendre de nos édiles qu’elles ne confondent pas homosexualité et pédophilie ; je défends l’idée d’une politique basée sur l’humanité, sur la personne, et non sur la valeur de l’exemplarité de la sanction.

Je connais suffisamment bien Gilles de Robien pour savoir qu’il n’a rien reconnu de sa faute ou de celle de son ministère. Nous sommes simplement à deux ans des élections présidentielles, et tout politique qui se respecte sait que c’est entre trente et vingt quatre mois avant une élection qu’il faut faire particulièrement attention à éviter le rejet des électeurs - voire en gagner.

C’est une manœuvre politique, qui a réglé - médiatiquement et sur la blogosphère - le problème. Mais elle n’a rien arrangé ni modifié sur le fond. Ma colère et mon indignation restent intacts. Je ne remercierai pas Gilles de Robien, je le confirme

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0