Accueil > le blog machin > Retraites : annoncées, donc incontestables ?

Retraites : annoncées, donc incontestables ?

dimanche 18 novembre 2007, par machin

L’argument qu’on entend régulièrement depuis le début du mouvement social est que, puisque Nicolas Sarkozy avait largement annoncé cette réforme des régimes spéciaux pendant la présidentielle, et qu’il a été élu à 53%, alors toute contestation serait illégitime, car niant l’exercice démocratique de la présidentielle.

Il y a presque 30 ans (un monde, pour certains, me diront-ils …), François Mitterrand avait mis dans les 110 propositions de sa campagne la création “[d’]un grand service public, unifié et laïque de l’éducation nationale”.

En 1983, le gouvernement de Pierre Mauroy échouera dans la mise en place de cette réforme, face à l’opposition ferme de la droite, et de la rue.

Ceux qui manifestaient en 1983 contre une promesse clairement annoncée par le vainqueur de l’élection présidentielle, sont les mêmes qui, aujourd’hui, critiquent les syndicats de ne pas respecter une promesse de campagne de Sarkozy.

Aujourd’hui, ils veulent envoyer les CRS contre les manifestants et les grévistes. En 1983, face aux socialistes qui réclamaient cette mesure contre eux, ils criaient au stalinisme.

Ouais, ils ont vieilli. Et ça leur va pas.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0