Accueil > le blog machin > Quand on en est là, la République est vraiment malade.

Quand on en est là, la République est vraiment malade.

mercredi 4 avril 2007, par machin

Voilà comment quelqu’un qui s’est rangé, vit une vie honnête, n’a aucune dangerosité établie ni aucune pulsion perverse, a vu son passé vieux de plus de 15 ans lui rejaillir à la figure, lui faisant risquer de perdre son travail, sur la base d’une loi limitant volontairement au minimum les pouvoirs du juge, au nom de la protection de la société.

on peut voter toutes les lois répressives et sécuritaires que l’on veut, mais il ne faut pas toucher au pouvoir du juge d’adapter sanctions, peines et mesures de sûreté aux nécessités réelles du dossier. Lui ôter ce pouvoir, en imposant des irrecevabilités arbitraires et insensées, en lui imposant des peines planchers ou en lui prohibant la clémence, c’est inévitablement aboutir un jour à une injustice imposée par la loi.

Quand on en est là, la République est vraiment malade.
La machine à fabriquer des délinquants

Certes, c’est beaucoup moins dramatique. Mais c’est bien ce que la FFMC dénonce dans les lois récentes faites à l’initiative de l’ex-ministre de l’intérieur Sarkozy :
- Vente de motos : Tous des délinquants !?
- Rassemblements sous surveillance

Quand le Parlement ne fait pas son travail, et avalise des lois qui, prises au pied de la lettre, nous font rentrer dans des injustices profondes, oui, Eolas a raison, la République est vraiment malade.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0