Accueil > le blog machin > Politique fiction … ?

Politique fiction … ?

dimanche 12 novembre 2006, par machin

Que voit Chirac de l’autre côté de l’échiquier politique français ? Une socialiste, Ségolène Royal, une fille d’officier d’artillerie aussi respectueuse de l’armée qu’il l’est lui-même, une femme aussi attachée que lui aux valeurs laïques de la République, sorte de Marianne des temps modernes qui séduit la France* de son large sourire, une brouilleuse de pistes entre droite et gauche (et entre beaucoup d’autres choses), dans la droite ligne de Chirac.

Certes, elle a dernièrement poussé le populisme un peu loin, appelant, mi-Mao, mi-Robespierre, à la formation de jurys populaires chargés de surveiller le monde politique et à l’ouverture du Conseil des ministres aux citoyens. Mais Chirac sait bien que, si les temps changent, la politique reste régie par une règle immuable : pour être élu, on peut dire n’importe quoi. C’est ce que Chirac a fait en 1995, avec sa campagne contre “la fracture sociale” et son reniement des prises de position libérales qu’il jugeait responsables de sa défaite de 1988.

Comment le président va-t-il donc jouer de son influence dans les six mois qui nous séparent de l’élection ? Ce n’est pas prendre un grand risque que d’annoncer qu’il fera tout pour arrêter Sarkozy. Reste une inconnue : ira-t-il jusqu’à offrir l’élection à Ségolène Royal

TRAHISON • Le meilleur atout du PS ? Jacques Chirac (International Herald Tribune via Courrier International)

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0