Accueil > le blog machin > Parce qu’il n’y a pas que le cul dans la vie : il y a aussi les (...)

Parce qu’il n’y a pas que le cul dans la vie : il y a aussi les pipes

samedi 8 décembre 2007, par machin

Les tarifs varient donc entre 250 € ou un dîner au ministère. Peu cher, à vrai dire, puisque cela peut aller jusqu’à 1.000€.

Pourquoi un tel bordel au sujet d’une malheureuse pipe ?
D’abord, parce que ce n’est pas cher payé. Ou alors, à ce tarif là, la pipe est de mauvaise qualité. Et avouons le, une pipe, avec des dents qui rayent le parquet, c’est plus que désagréable.

Mais au delà de l’argent, c’est la démarche même qui gêne aux entournures.

- L’éthique des blogs en question, ou à propos du publi-reportage (l’excellentissime cuk.ch)
- Attention à la pub clandestine (macandphoto.com)

Il y a encore quelques années, on avait une confiance a priori dans les journaux. Ils avaient leurs parti-pris, leurs travers, mais au moins, personne ne remettait en doute leur honnêteté.
Puis les collusions, à des degrés divers, avec les politiques et les entreprises ; les petits cadeaux tels que voyages, cadeaux, … ont fini par émietter cette confiance, qui n’est plus a priori. Aujourd’hui, le journaliste doit presque faire la preuve de son honnêteté, que le lecteur remettra sans cesse en doute.

Et c’est dans cette même démarche que s’inscrit cette histoire de "billets sponsorisés".
Les blogs étaient jusqu’ici nimbés de tous les défauts du monde, mais ils possédaient tous, bons ou mauvais, une qualité essentielle : globalement, on reconnaissait à leurs auteurs une certaine honnêteté intellectuelle, ils étaient insensibles aux pressions, aux flatteries comme aux menaces. Par défaut, chacun à leur échelle, ils étaient crédibles.

Le débat est pour l’instant circonscrit à la blogosphère, et les médias traditionnels ne s’en sont pas encore emparé. Ca ne saurait tarder, eux qui trouveront ainsi une belle revanche, à bon prix, contre ceux qu’ils accusaient de tuer leur profession.

Et le plus drôle là dedans est que les blogueurs qui participent du système croient maîtriser l’opération, alors qu’ils ne sont que des pions sur l’échiquier, largement manipulés : ils croient faire une publicité - signalées ou pas, positive ou négative, à un prix qu’ils jugent acceptable - là où ils participent d’une plus vaste campagne marketing où l’entreprise est systématiquement gagnante.
En bref, c’est largement plus subtil qu’une histoire de gros souxes ou que d’être intellectuellement honnête dans sa démarche : ils se font tous niquer en définitive ; après tout, ce n’est que justice, c’est la suite logique après une pipe :-) :

- Rémunération des billets : qui gagne en définitive… ? (urbanbike.com)

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0