Accueil > le blog machin > Parce qu’il faut bien …

Parce qu’il faut bien …

vendredi 4 janvier 2008, par machin

… que cette année 2007 se termine.

Elle avait commencé sur une interrogation sur mes avenirs, mais ne se termine pas sous de meilleurs augures.
Elle promettait une nouvelle manière de faire de la politique, l’exacerbation de la parole, de la mise en scène au détriment de l’acte, de la réalisation. Elle a tenu, hélas, toutes ses promesses, et même plus.

Je formulais 7 vœux en début d’année dernière, les résultats ne sont pas là, c’est le moins qu’on puisse dire.

Singulier changement d’année que celui marqué par l’interdiction de fumer dans les “lieux de convivialité” (pouark !). Oh bien sûr, face au sentimentalisme niaiseux qu’on prétend nous imposer pour toute réflexion, comment oser trouver l’idée folle, et aussi dangereuse que le principe de précaution, en son temps, mirage d’une société aseptisée, normée, rabaissée, moutonnante.

Il faut que ce soit un docteur, et non les opposants naturels ou déclarés, il faut que ce soit dans Le Monde qu’enfin s’élève une voix pour dénoncer le remplacement, de plus en plus courant, de l’éducation et du dialogue par la loi ; pour dénoncer cette dérive du sens de la “liberté publique” vers le seul sens de “pratique privée”.

Ah oui, elle est belle cette “société de la renaissance” que 2008 nous promet, et notre prézzident avec,

Une société sans l’Autre, le différent, qu’il soit fumeur heureux, buveur détendu ou bien gourmet, est une société totalitaire...
 [1]

ou bien motard passionné, ou bien étranger, ou bien athée, …

Peut-on vraiment nous la souhaiter belle ?

… garder l’espoir, malgré tout

Je sais que je suis, par nature, d’un pessimisme indécrottable. Mais j’ai toujours gardé en même temps un coin de foi en la nature humaine.

Parfois, à voir nos réactions, l’absence de réflexion, le moutonisme ambiant, comme ces jours-ci, avec la mise en place de l’interdiction de fumer, j’hésite, je ne vois pas comment nous pourrons nous en sortir. Ou alors des responsables associatifs se conduire comme des dynamiteurs, réalisant des aventures personnelles, suicidaires, mais qui leur donne l’impression d’exister ; et des militants les suivre comme des moutons, confondant allègrement colère et valeurs.

Et puis, régulièrement, je me dis que ça n’est pas possible, que nous ne pouvons pas continuer comme ça, et que ça finira quand même par changer. C’est faible, caché dans un coin de ma tête, le bout du bout de mon rationnalisme, mais ça s’accroche : “il faudra bien que ça change, quand même

Je ne crois pas à une prise de conscience raisonnée, parce que je ne vois personne pour l’amener.

Face à l’absurdité d’un “seul le résultat compte” d’un prézzident de la république ; face à l’idéologie actuelle qui vénère la victime et donne tous les droits en son nom ; face au scandale de la grève de la faim d’un José Bové se posant en victime - encore ! - comme seule arme politique, je ne crois pas que la prise de conscience puisse être douce. Et j’en viens à souhaiter qu’elle ne le soit pas, que toute cette fange disparaisse d’un coup, comme on tire une chasse d’eau.

… je nous souhaite une bonne année !

Pourtant, comme je ne crois pas à la violence comme méthode de changement, d’autant plus que c’est la méthode qu’on prétend nous imposer, alors oui, je nous souhaite une bonne année, parce que seul notre optimisme, seul notre enthousiasme pourront faire la différence.

2 Messages

  • Parce qu’il faut bien … Le 7 janvier 2008 à 23:19, par dcd

    oui comme tu le dit , parce qu’il le faut bien lol
    je te souhaite de passer une excellente année 2008, quel te soit pleine de joie et de bonne chose pour toi

  • Parce qu’il faut bien … Le 8 janvier 2008 à 20:38, par machin

    Merci dcd, toi aussi, et même plus :-)

    v +

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0