Accueil > le blog machin > Licenciement

Licenciement

mardi 26 juin 2007, par machin

Très vite après son embauche, on s’est aperçu qu’il y avait eu erreur de casting : comportement souvent passif, manque de rigueur, absence de prise d’initiative, absence de sens stratégique … tout ce qu’il ne fallait pas faire dans le poste a été fait.

Pendant plusieurs mois, on s’est dit que le poste était difficile à cerner, la situation particulière, qu’il y avait vraiment une possibilité d’améliorer les choses. On a travaillé ensemble, parlé - beaucoup -, suggéré, (dé)montré, fait à sa place.

Mais au bout de la n-ième bourde, répétition de la bourde précédente qui avait pourtant été analysée, commentée, alors même qu’on pouvait penser que cela ne se reproduirait plus, le même schéma revenait une fois de plus. On butait définitivement sur une capacité à se remettre en cause, à accepter ses faiblesses.

Hier donc, après plusieurs semaines de discussions informelles, c’était l’épreuve de l’entretien préalable au licenciement, une première pour moi. Pas facile de se dire qu’en deux heures de temps, on va jouer le futur d’une personne. Je n’en attendais rien, convaincu qu’il n’y aurait - une fois encore - aucune réflexion en face de nous, et qu’une fois de plus, la faute en reviendrait inexorablement aux autres. Ca a été le cas :

- Son travail a été - presque - parfait, mais on l’a placée dans des situations ingérables, sans lui apporter le soutien nécessaire.
- On a pas respecté nos valeurs, ne l’aidant pas à surmonter les difficultés, ne dialoguant pas, ne cherchant pas à débloquer les situations.

Bref, bien sûr, hier, j’étais "le salaud de patron".

Moi, des salauds de patron comme ça, j’en redemande.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0