Accueil > le blog machin > Les petites joies & déceptions des élections municipales

Les petites joies & déceptions des élections municipales

dimanche 16 mars 2008, par machin

- Robien battu, apparemment confortablement, dans son fief d’Amiens. J’avais déjà dit, en son temps, combien je l’appréciais. Pour l’avoir fréquenté à une certaine époque, je le considère comme un faux-cul, méprisant ses adversaires, parlant beaucoup de "dialogue", mais pratiquant surtout le monologue. La claque qu’il semble se prendre ce soir est une douce vengeance.

- Perben, la semaine dernière, perd dès le premier tour. Ancien ministre des transports lui aussi, il se distinguait à son époque par un manque flagrant de couilles, voulant faire approuver toute décision importante par le ministre de l’intérieur de l’époque mais surtout patron de l’UMP et donc de l’investiture à Lyon. Il s’est, à l’époque, assis sur certaines de ses convictions affichées pour ne pas déplaire à Nicolas Sarkozy, il a manqué de couilles. Je ne vois pas comment il aurait pu éviter une telle bérézina.

- Bayrou battu à Pau d’un cheveux, dans le cadre d’une triangulaire. J’espère qu’il aura une attitude plus digne que le candidat socialiste de Bordeaux, et qu’il n’abandonnera pas ceux qui ont voté pour lui.

- Voynet élue à Montreuil. Bah, un dinosaure de moins.

- Estrosi à Nice. Comme quoi être (un ancien) motard n’empêche pas d’être lêche cul. Merci aux niçois de nous le retirer - provisoirement en tout cas - de la vie nationale.

- Manuel Aeschlimann perd à Asnières sur Seine. Personne ne connaît ce "charmant monsieur" au niveau national, c’est tant mieux, il fait pourtant partie de la sale clique des Hauts de Seine, copain de Devedjian, Balkany & co. La cour des comptes a récemment pointé une gestion calamiteuse, il est encore étonnant que près de 40% des habitants aient voté pour lui. Pouah.

Et pis y’a le reste, lisez vos journaux.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0