Accueil > le blog machin > La double faute de la Société Générale

La double faute de la Société Générale

vendredi 25 janvier 2008, par machin

Comme ça, un homme seul, pendant une année entière, se serait affranchi des règles internes de la Société Générale pour parier à sa guise sur les marchés financiers, pour un montant de 50 milliards d’€. Waow, just wait a minute !

D’abord, un petit tour chez Diner’s room pour comprendre simplement ce qui s’est passé.

En deux mots, quand la Société Générale a découvert l’affaire, il n’y avait pas encore de perte, mais une probabilité que la banque en fasse une. A ce moment là, la perte potentielle n’était que de 1,5 M€. Mais la banque, en vendant tout (un tient vaut mieux que deux tu l’auras), a participé à la chute des cours, et donc le produit de la vente était moins bon que prévu. La perte est passée de 1.5 à 5 M€.

Ce qui amène certains à se poser la question : l’affaire de la Société Générale n’a-t-elle pas créé, ou à tout le moins, largement amplifié la crise boursière en début de semaine ?

Dans un sens, ce scandale tombe à pic, qui fait passer au second plan les pertes subies par la SG (2 milliard d’euros) dans le scandale des subprime, ces crédits hypothécaires qui ont mis quelques millions d’américains sur la paille.

La théorie officielle du cow-boy solitaire qui fraude dans son coin pendant un an, sur des montants jamais vu jusque là, est pratique, peut être trop. Dans quelle mesure cette affaire ne permet-elle pas à la Soc Gen de dissimuler des pertes moins avouables, en chargeant comme une mule le courtier ?

Au mieux, la banque est en mauvaise posture, d’avoir un contrôle interne aussi perméable, incapable de repérer des engagements de 50 milliards d’€ (!!!).

Au pire, elle charge la mule, rajoutant sur le dos du courtier des pertes liées à d’autres engagements qu’elle ne savait pas comment annoncer par ailleurs.

Dans tous les cas, la direction a pris un risque énorme, en décidant de liquider ses positions en moins de trois jours, passant ainsi d’une perte potentielle de 1,5 milliards à une perte avérée de plus de 5 milliards. On peut imputer totalement au courtier d’avoir parié 50 milliards d’euros en fraudant le contrôle interne de la banque. Lui imputer les 5 milliards de perte … c’est facile.

Le premier ministre veut un rapport complet sous huit jours. C’est idiot : faire la lumière complète sur cette affaire prendra plusieurs semaines (plusieurs mois ?)

Sarkozy en Inde déconnecte l’affaire Soc Gen de la chute de la Bourse : c’est aussi stupide, personne ne sachant encore dans quelle mesure ces ventes massives ont impacté la panique générale.

1 Message

  • La double faute de la Société Générale Le 30 janvier 2008 à 11:15, par Patric

    Impossible d’impacter des pertes sur le dos d’un lampiste sinon comment obtenir une certification des comptes qui engage l’expert.
    Il est également obligatoire de solder immédiatement une position qui engage le capital social de la banque sous couvert de fraude des dirigeants.
    Enfin rappelons que le Crédit lyonnais il y a 15 ans déjà a coûter aux contribuables 50 milliards d’euros pour une gestion frauduleuse et désastreuse !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0