Accueil > le blog machin > J’ai appris ma leçon

J’ai appris ma leçon

samedi 5 mai 2007, par machin

Il y a une dizaine vingtaine, bref …

J’étais au collège en ce temps là, interne. J’avais 11, peut être 12 ans.

Le mercredi, quand il n’y avait pas de match de foot, on trainait comme on pouvait. On avait le droit de sortir pendant deux ou trois heures, mais je n’avais pas d’argent de poche, donc pourquoi faire ?

Cette fois là, j’étais allé dans le supermarché. Mes souvenirs sont vagues, je me souviens juste que j’ai craqué sur un gros paquet de chamallow, et évidemment, je n’avais pas un sou sur moi. Je l’ai coincé comme j’ai pu sous mon pull, et essayé de sortir aussi discrètement que possible … tu parles !

Le vigile m’a vu, et m’a emmené dans le bureau du directeur. Il m’a bien sermonné, et m’a prévenu qu’il allait devoir prévenir mes parents. Dans ma tête, c’était la panique totale. La honte, d’abord, devant mes parents, les boules. Puis les flics, forcément. Et donc aussi l’internat, tout l’internat, les copains (pas nombreux), et les autres ; même les grands, ceux du lycée. Panique.

J’ai du bégayer, essayer tout ce que je pouvais. Je me souviens que j’ai même tenté de lui donner un faux nom de famille, ça a marché, j’en étais presque soulagé. Normal, il n’a jamais prévenu mes parents, ni la police, ni l’internat. La leçon a porté pour le reste de ma vie. Merci, monsieur.

Aujourd’hui, je risquerais d’être inscrit sur le Fichier National Automatisé des Empreintes Génétiques, le FNAEG.

Merci Mr Jospin pour l’établissement de ce fichier en 2000 (ainsi, au passage, je ne l’ai jamais fait, que pour la Loi pour la Sécurité Intérieure de novembre 2002.

Merci Mr Sarkozy pour la généralisation du FNAEG à (presque) tous les délits, pour les coupables comme pour les simples suspects. Et pour tout le reste.

Pauvres gamins. Quel monde de merde leur prépare-t-on ?

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0