Accueil > le blog machin > Ecologie de mes deux

Ecologie de mes deux

dimanche 23 juillet 2006, par machin

Toujours dans cet hôtel 2* du centre de Nantes, des petits panneaux, posés partout, expliquent comme la chaîne XXXX se préoccupe d’écologie [1].

On peut ainsi décider de ne pas changer de draps tous les jours, mais tous les deux jours, simplement en posant sur son oreiller un petit carton. La femme de chambre se contentera de retaper le lit.

Même chose avec les draps de bain : si on le laisse au fond de la baignoire, c’est pour qu’il soit changé. Sinon, on l’accroche à la patène.

Et puis aussi, des pannonceaux de ci, de là, pour bien rappeler de couper l’électricité quand on quitte la chambre.

Economie d’eau, d’électricité … bonne pioche, non ? Enfin des actes concrets qui démontrent une certaine vision à long terme de la société.

Sauf que …

Le lendemain matin, en prenant ma douche, je sors le savon de son petit emballage de plastique. Je le regarde, machinalement, c’est le même petit sachet qu’on trouve partout, et pas de pannonceaux pour expliquer que la chaîne, soucieuse la aussi de l’environnement, l’a fait réaliser en matières végétales [2]

Puis je me lave les dents … je sors le petit gobelet (le même que dans tous les hôtels) de son petit sachet protecteur (le même que partout, ici aussi). Pas non plus de petit écriteau pour signaler les efforts louables de cet hôtel en matière d’écologie.

J’en déduis donc que, écologie bénéficiaire pour la bottom line mise à part, ces accessoires sont toujours fabriqué à base de pétrole, et mettent donc toujours une centaine d’année pour se décomposer [3].
Vu l’ingéniosité du département marketing pour déposer des petits panneaux partout, on peut facilement imaginer qu’un effort financier aussi grand aurait été logiquement mis en avant. Mais ce n’était pas le cas, d’où ma déduction.

On fait mieux, en matière d’écologie & de développement durable.

Ainsi donc, la quête écologique de cette chaîne ne serait liée qu’à l’intérêt bassement économique de réduire ses factures de personnel (temps gagné à retaper un lit, plutôt que le refaire entièrement), ses factures d’eau (lavage des draps & draps de bain tous les deux jours), et d’électricité (machines à laver, séchage, repassage, et électricité dans les chambres) ?

Ainsi ce n’était qu’utopie de se dire que Accor [4] allait consacrer les bénéfices gagnés par l’écologisme de ses clients pour investir dans des plastiques non polluants, arrivant ainsi à une opération neutre ?

Je ne suis pas écolo outre mesure, mais je déteste avant tout qu’on se foute de ma gueule.

Notes

[1Sûrement toujours pour le bien-être de ses clients ?

[24 à 5 fois plus coûteux qu’à base de pétrole

[3contre quelques mois pour les plastiques issus de la filière écologique

[4Oui je fini par les citer, parce qu’en arrivant à la fin de ce billet, j’en ai ré-écris une partie pour qu’il soit plus cool : il serait dommage que le service marketing d’Ibis tombe à côté de ce post, et croit qu’on peut prendre les clients pour des abrutis

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0