Accueil > le blog machin > Don du sang homophobe ?

Don du sang homophobe ?

samedi 11 mars 2006, par machin

Gros débat hier soir lors de la réunion mensuelle du GMC : les homosexuels étant exclus du don du sang, il y aurait une manifestation prouvée d’homophobie. SOS-Homophobie réagit en mettant en place une Campagne de promesses de dons du sang.

J’ai été confronté au problème il y a quelques années (dans le début des années 90). J’avais voulu donner mon sang, mais je n’avais pas pu, puisque j’avais coché la case "homosexuel". Le médecin m’avait annoncé, avec peu de ménagements, que j’étais exclu. J’en suis sorti avec la conviction qu’il y avait une discrimination flagrante, dans la mesure où je ne prenais (et prends toujours) pas plus de risques qu’un hétérosexuel moyen … voire moins, même.

Plus récemment, je suis sorti avec B., hépatique, qui a une formation de biologiste. Nous avons parlé au hasard d’une conversation de ce problème de don du sang, et il m’a expliqué qu’il n’y avait rien de discriminant : la raison est que nous, homosexuels, sommes considérés comme une population "sentinelle" en matière de santé.

Tout cela, sans arriver à le dire parfaitement, je l’ai raconté hier soir. Et maintenant, j’ai retrouvé les infos, pour que chacun puisse se faire une opinion en étant parfaitement informé. Pour cela, il suffit de lire le (court) dossier que Têtu a mis en ligne suite aux questions régulières qu’ils ont sur le sujet (mais ils ne sont pas bien référencés, donc pas facile à trouver).

La raison scientifique :

En plus de la prévalence plus élevée chez les homosexuels masculins, il y a un autre aspect qui justifie scientifiquement l’exclusion des gays du don du sang : les homosexuels, comme les transfusés, sont ce que l’on appelle des “populations sentinelles”. Lorsque de nouveaux virus surviennent ou que des anciens réapparaissent, comme la syphilis, les gays sont souvent en première ligne. Or, lors de la sélection des donneurs, il faut s’assurer de ce que l’on dépiste, mais aussi penser à ce qu’on ne peut pas dépister.

Le dossier complet de Têtu ici

Un extrait de l’avis du Conseil Consultatif d’Ethique, qui poussera finalement à la modification des questionnaires, qui ne comportent plus de question à caractère discriminatoire :

Cependant, ajoute le CCNE, il convient de ne pas transformer ce principe légitime de sécurité en stigmatisation ou en mesure qui peut être considérée comme discriminatoire, tel que cela peut apparaître sur les textes remis aux futurs donneurs (et souvent affichés sur les stands d’accueil).

Et pour conclure … rappelons que le don d’organe est toujours possible, et plus encore que pour le sang, on manque de donneurs ! Inscrivez vous et signalez à vos proches que vous êtes pour le don de vos organes … au cas où !

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0