Accueil > le blog machin > Chez ces gens là

Chez ces gens là

vendredi 28 décembre 2007, par machin

J’ai passé deux heures à discuter avec lui. Il était méchamment bourré chargé, ses mots étaient durs. Il m’a parlé de séparation, de lassitude, de tout arrêter ; m’a dit qu’il n’y aurait pas de quartier. Il pleurait. Cette vie lui était insupportable, il n’avait plus envie de faire d’efforts.

Le lendemain matin, c’est avec elle que j’ai passé du temps. Elle m’a dit la même chose, en moins dur. Elle retenait plus ses larmes, c’en était tout aussi impressionnant. Et triste.

Puis il leur a parlé, pendant longtemps. Pour leur expliquer que sa vie allait changer, forcément. Sans savoir encore comment, avec quelle finalité, mais en tout cas les premières pistes.

Je suis resté déjeuner, pensant que ça leur ferait du bien d’en parler, après coup. Je leur ai dit que je leur avait parlé, à tous les deux, longuement ; que j’étais donc au courant de tout. Mais ils n’ont pas ouvert le bec, se contentant d’avaler leur repas en silence.

On ne communique pas sur ces sentiments, sur ses sentiments, chez ces gens là. Et c’est terrible.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0