Accueil > le blog machin > Charité et justice

Charité et justice

mardi 23 janvier 2007, par machin

A l’occasion de la mort de l’Abbé Pierre, Pascal Riché rappelle un texte de Roland Barthes paru en 1957, où l’auteur se demande si

la belle et touchante iconographie de l’abbé Pierre n’est pas l’alibi dont une bonne partie de la nation s’autorise, une fois de plus, pour substituer impunément les signes de la charité à la réalité de la justice".

Finalement, rien n’a beaucoup changé en 50 ans :

La société, par son identification extrême aux victimes et sa propension à se jeter dans le registre émotionnel, ne fait que générer des actions de forme, à des effets d’annonce. Quelle va être la longévité médiatique du droit opposable au logement, maintenant que la société, passée Noël, est repue et ne s’intéresse presque plus à la question ? Et alors que certaines voix, et non des moindres, commencent à élever de sérieux doutes sur l’intérêt de la loi telle qu’elle a été rédigée ?

Si Hiver 54 est fidèle, et il n’y a pas de raison qu’il ne le soit pas, vu que l’abbé Pierre l’a suivi de près, c’était déjà une de ses grandes craintes, quand il crie, dans l’hôtel Royal Monceau : “ce n’est pas de charité dont nous avons besoin, mais d’action !”.

Or c’est bien dans une société de charité que nous sommes, où jamais les associations (emmaüs, restots du cœur, sidaction, …) n’ont jamais eu autant de moyens, et l’Etat ne s’est aussi peu impliqué.

C’est aussi l’indignation de mes parents face mon constat que nous, la société, ne faisions rien pour faire changer les choses, et qui m’ont répondu - que dis-je, asséné ! - que leurs dons aux bonnes œuvres ne pouvaient pas compter pour rien, et qu’il leur était douloureux d’entendre leur fils les accuser de ne rien faire.

Enfin, je suis surpris de constater un dernier point sur lequel peu de choses ont changé : en pleines 30 glorieuses, les 2000 clochards de Paris étaient (déjà) principalement des salariés qui gagnaient trop peu pour payer un loyer. 50 ans plus tard, malgré l’abbé, malgré les belles paroles, la situation n’a toujours pas évolué sur le fond … preuve, s’il en était, de la justesse de l’analyse de Barthès ?

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0