Accueil > le blog machin > Cercles de silence, une autre loupiote pour l’espoir

Cercles de silence, une autre loupiote pour l’espoir

vendredi 27 juin 2008, par machin

On pourrait croire que cela s’adresse à des illuminés, mais sur place (j’ai compté environ 150 personnes, avec les va et vient on devait être davantage), on rencontre Monsieur et Madame Tout-le-Monde : des personnes âgées et aussi des jeunes, certains à l’allure décontractée, d’autres plus traditionnelle, des cheveux courts, longs, tressés, blancs, gris, bruns, des écharpes roses, oranges, des bottes fourrées, des spartiates, des escarpins à talon haut...
A 18h30, les franciscains nous ont demandé de faire un cercle, au centre ils ont déposé une loupiote et dit la prière de Saint-François, que j’ai trouvée très sobre (mais qui a agacé Alain : "J’ai quand même envie de leur dire que je suis contre le fait de réciter une prière !").
Et ensuite, pendant une heure, nous sommes restés là, immobiles, debout dans ce cercle. Je ne priais pas parce que je ne crois pas en Dieu, je regardais plutôt mes semblables, je me demandais ce qui les avait amenés là, je me sentais reliée à eux par le fait de partager cet espace commun.
Ensuite, au fil des minutes qui installaient un temps différent, je me suis mise à penser à ces étrangers sans papiers, à leur condition de prisonniers dans le centre de rétention de Cornebarrieu, à la difficulté de la vie qui les attendait dans un pays qu’ils avaient quitté pour de bonnes raisons et où on allait les ramener de force.
Samantdi : avec les frères franciscains place du capitole

L’expérience est intéressante, et novatrice dans son fonctionnement, on en parle même au Canada.
Se retrouver pendant une heure, chrétiens ou non, en silence, pour certains en prière, pour d’autres non, autour d’une certaine idée de l’homme et sa place dans le monde.

C’est d’Embruns, que vient la news, que j’ai suffisamment critiqué pour son fondamentalisme anti-religieux pour lui reconnaître aujourd’hui cette intelligence de signaler cette initiative.

Il en existe une video, forcément silencieuse, et le compte-rendu du RESF ;) En la regardant, j’ai immédiatement eu en tête l’image de l’action non-violente pronée par Ghandi, et imaginé l’impuissance des politiques si ce genre de manifestation devait se généraliser.

le cercle par sa forme, par l’immobilité qu’il demande, conduit à penser. Il dit « réfléchissons » à la première personne du pluriel, et non pas « réfléchissez », à la deuxième personne. Il oblige à prendre conscience que nous sommes tous, absolument tous, impliqués dans ce qui se passe.
[…]

Il est aussi très provocateur, car l’agitation, elle, nous est coutumière. Je conseille aux personnes qui s’intéressent à ce sujet de lire l’excellent article de Philippe Clanché dans le dernier numéro de Témoignage chrétien à propos des cds, je cite : « N’est-ce pas là une des plus belles réponses face au sarkozysme ambiant ? Face à un homme qui ne peut cesser de s’exprimer, de se déplacer partout et de changer d’idée dès que le vent tourne ? »

certains luttent pour la régularisation de tous les sans papiers et la liberté de circulation et d’installation ; d’autres ne contestent pas les renvois à la frontière ni la « maîtrise » des flux migratoires[…] ; certains ont des engagements déjà anciens, d’autres découvrent la situation des migrants… tous ne sont pas de gauche, certains s’effraient même qu’on parle de « politique », et c’est cela qui est particulièrement fort et intéressant dans le phénomène des cercles de silence.

C’est la preuve qu’à travers les traitements infligés aux migrants, c’est la société toute entière qui commence à se sentir atteinte, voire menacée.

Diffusé par les Pères Blancs : Qu’est-ce qu’un cercle de silence ?

Le cercle de silence Paris se tient tous les troisièmes vendredi du mois devant le Conseil d’ Etat.

(P’taing, qui aurait pu croire un jour que je m’associe, de près ou de loin, à un organisme comme RESF ? :-)) )

P.-S.

(Et accessoirement, un bookmark de la Prière de saint François, que j’ai toujours beaucoup aimé.
Un des textes fondateurs de ce qui je suis aujourd’hui, avec celui, tout aussi connu, du Pasteur Niemöller )

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0