Accueil > le blog machin > ADN et immigration : vous avez dit normal ?

ADN et immigration : vous avez dit normal ?

mardi 18 septembre 2007, par machin

le débat est chaud, l’argument est simple : puisque 11 (ou 12 selon les versions) pays l’utilisent, pourquoi ça ne serait pas normal que la france utilise également les tests adn pour filtrer le regroupement familial.

bien sûr, il restera volontaire et payant. naturellement, il deviendra un élément discriminant au fil du temps - et des quotas ouverts.
naturellement également, il pénalisera les enfants adoptés, nés hors-mariage ou d’un premier mariage, … je ne crois pas que l’infidélité soit réservée à notre bonne société occidentale, si ? :p

http://img.dailymail.co.uk/i/pix/20...

et puis … au delà … sur le plan des valeurs, depuis quand le fait que 11 pays adoptent une posture est-il un gage de "normalité", "moralité" ou "éthique" ?

comme le dit le professeur Axel Kahn, la finlande, la suède et la norvège ont eu jusqu’à peu des lois eugénistes … aurions nous dû, sur ces exemples, adopter le même genre de loi, "justes" puisqu’appliquées ailleurs ?

4 Messages

  • ADN et immigration : vous avez dit normal ? Le 10 octobre 2007 à 18:15

    Ce débat sur l’ADN en matière de regroupement familial a des allures de faux nez ; Ce que chacun a bien en tête c’est que la banalisation de ce type de dépistage pourrait contribuer à stigmatiser la pratique semble-t-il répandue consistant à imputer à des tiers une paternité fictive, assortie d’obligations quant à elles très réelles. Les anglo-saxons, qui savent appeler un chat un chat et ne cachent pas la fiente du même animal nomment cela "paternity fraud". En droit pénal français ce type d’agissement qualifie très précisément l’escroquerie et ce " circulez il n’y a rien à voir" général surtout relayé par un "commité consultatif d’ethique", est assez savoureux.

  • ADN et immigration : vous avez dit normal ? Le 11 octobre 2007 à 22:25, par Machin

    Circulez y’a rien à voir ?

    Non, au contraire, tout le monde le dit, le gueule : arrêtez vous, au contraire, ne laissez pas passer, y’a tout à voir - encore.

    Avec des raccourcis comme les vôtre, un courage à toute épreuve au point de ne pas utiliser un nom, même un pseudo, on risque pas d’aller bien loin.

    • ADN et immigration : vous avez dit normal ? Le 17 octobre 2007 à 11:43

      L’anonymat - et l’utilisation d’un pseudo n’en est qu’une variante - est la règle sur cette tribune. Je n’ai vu nulle part l’affichage de vos coordonnées complètes... Le courage n’a rien à voir avec ça, pas plus d’ailleurs que votre réponse par rapport à la question soulevée.

  • ADN et immigration : vous avez dit normal ? Le 17 octobre 2007 à 13:55, par Machin

    L’anonymat n’est une règle que pour celui qui le veut. La plupart laissent un pseudo & une adresse mail, ou alors ils me sont connus. J’aime savoir à qui je parle. Si vous voulez répondre, n’ayez pas honte de vos pensées, affichez vous.
    Quant à moi, il ne faut pas être grand devin pour avoir mes coordonnées, complètes ou non ; et je suis directement joignable ici. Fin de ce ban.

    Je ne répondrais pas à la question soulevée par vous ? Laquelle ?
    - Votre assertion selon laquelle la triche serait généralisée ? Personne n’est en mesure de le dire, vous encore moins. Les chiffres les plus généreux donnent 30.000 demandes de regroupement familial impliquant des enfants par an. La fraude concernerait moins de 10% d’entre eux (et encore, ce n’est qu’une supposition, personne n’ayant les chiffres). Beaucoup de bruit pour rien.
    - Votre allégation que le refus de l’adn serait un refus de faire condamner toute sorte de fraude ?

    Vous jappez, vous ne posez pas de question.
    Vous n’entretenez pas un débat, vous assénez.

    Si vous voulez un débat, voilà trois questions que j’ai soulevé dans ce billet que vous avez semble-t-il lu de travers :

    - la fin justifie-t-elle les moyens ?
    En l’espèce, peut-on décider d’une mesure pour une catégorie de personne alors que nous nous la refusons à nous-même, simplement parce que cela nous arrange ?
    - une politique peut-elle se passer d’éthique ?
    Et si le mot vous arrache tellement la gueule, transformez cette phrase : "quelle morale dans la politique"
    - enfin, l’utilisation massive -et encore !- la rend-elle morale ?
    et si tel est le cas, devons-nous donc rejoindre le camp des exciseurs, lapideurs, bourreaux, …, puisque ces pratiques sont majoritaires dans le monde ?

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0